•  

    A lire ...

    Dans cette rubrique, nous vous proposons des livres, des numéros de journaux, des sites qui nous ont marqués, ou tout simplement intéressés.

     

     

     

     


    Retour au menu

    • Avril 2015

    A lire, le livre de Danièle Linhart "Vers la sobriété heureuse"
    Avec le taylorisme, les ouvriers devenaient un rouage passif astreint à une stricte conformité aux consignes et modes opératoires. Leur travail devait se dérouler indépendamment de leur état d’âme et de leur savoir. Le management moderne semble aux antipodes d’une telle orientation, clamant sa volonté de reconnaître la dimension humaine des salariés. Pourtant la sociologue Danièle Linhart soutient que la logique reste la même : disqualification des métiers, de la professionnalité, de l’expérience tendant à renforcer la domination et le contrôle exercés par les dirigeants. A lire l’article paru dans l’Humanité Dimanche :

     

     

     

     

     


    Retour au menu

    • Novembre 2013

    Voici un article intéressant qui met en évidence les dérives d'une privatisation du service social :
    Les assurances dépendance épinglées par 60 millions de consommateurs
    Le Monde.fr | 13.11.2013 à 11h38 | Par Eric Leroux
    Les 5,5 millions de personnes qui ont souscrit une assurance dépendance feraient mieux de jeter leur argent par la fenêtre. Selon 60 Millions de consommateurs, dans son numéro de novembre, ces assurances ne constituent pas une solution fiable pour financer les dépenses liées à la perte d'autonomie, car "ces contrats semblent truffés de dispositions desservant les intérêts du client".
    Lire aussi notre dossier : Peut-on se protéger efficacement avec les assurances-dépendance ?
    Dans un article intitulé "Les sept plaies de l'assurance dépendance", le journal édité par l'Institut national de la consommation pointe les pêchés capitaux de ces contrats.
    Il souligne notamment que "le questionnaire médical est piégeux", certaines questions sont contestables et trop générales. Il rappelle aussi que les tarifs peuvent "augmenter sans limite", même si quelques assureurs plafonnent les augmentations.
    Autre critique "chaque assureur a sa propre définition de la dépendance" et celle-ci est différente de celle retenue par les pouvoirs publics pour l'attribution de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA).
    Plus grave : 60 Millions dénonce "des délais qui retardent la prise en charge" au travers des franchises de 90 jours nécessaires avant le versement de la première rente garantie. Un délai suffisamment long, parfois, pour que les assurés décèdent sans avoir touché un centime...
    (en savoir plus ...)

     

     

     

     

     


    Retour au menu

    • Octobre 2013

    A lire, le dernier livre de Pierre Rabhi "Vers la sobriété heureuse"
    Pierre Rabbi a en effet vingt ans à la fin des années cinquante, lorsqu'il décide de se soustraire, par un retour à la terre, à la civilisation hors sol qu'ont largement commencé à dessiner sous ses yeux ce que l'on nommera plus tard les Trente Glorieuses. Après avoir dans son enfance assisté en accéléré, dans le Sud algérien, au vertigineux basculement d'une pauvreté séculaire, mais laissant sa part à la vie, à une misère désespérante, il voit en France, aux champs comme à l'usine, l'homme s'aliéner au travail, à l'argent, invité à accepter une forme d'anéantissement personnel à seule fin que tourne la machine économique, point de dogme intangible. L'économie ? Ce n'est plus depuis longtemps qu'une pseudo-économie qui, au lieu de gérer et répartir les ressources communes à l'humanité en déployant une vision à long terme, s'est contentée, dans sa recherche de croissance illimitée, d'élever la prédation au rang de science. Le lien filial et viscéral avec la nature est rompu ; elle n'est plus qu'un gisement de ressources à exploiter - et à épuiser. Au fil des expériences de vie qui émaillent ce récit s'est imposée à Pierre Rabhi une évidence : seul le choix de la modération de nos besoins et désirs, le choix d'une sobriété libératrice et volontairement consentie, permettra de rompre avec cet ordre anthropophage appelé "mondialisation". Ainsi pourrons-nous remettre l'humain et la nature au coeur de nos préoccupations, et redonner, enfin, au monde légèreté et saveur.

     

     

     

     

     


    Retour au menu

    • Septembre 2013

    A lire, l'article du Monde Diplomatique sur la réforme des retraites : "Salariés et retraités en ligne de mire" (en savoir plus ...)

     

     

     

     

     


    Retour au menu

    • Août 2013

    A lire, le numéro spécial du Monde Diplomatique : "A qui le crime profite" du mois d'Août (en savoir plus ...)

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique